Cycle de développement de logiciel : les étapes à suivre

Le cycle de vie du développement logiciel ou cycle de vie d’un projet informatique fait référence à la conception, au développement et au contrôle d’un logiciel de qualité optimale. Le cycle de vie complet de développement est défini par le SDLC (Software Development Life Cycle). En d’autres termes, il combine les divers processus impliqués dans la planification, la gestion, la création, le test et le déploiement de n’importe quel modèle de produit. On vous présente, dans ce qui suit, son fonctionnement et les différentes étapes et exigences.

Cycle de développement de logiciel : les différents processus

Le cycle de développement d’un projet logiciel se détermine tel l’enchaînement des étapes produisant des logiciels de qualité optimale et aux coûts les plus bas dans un espace de temps extrêmement court. Le SDLC dispose d’un flux d’étapes bien organisé. Celles-ci permettent à toute organisation de créer rapidement un modèle d’application ou logiciel haut de gamme qui passera à une phase de test et prêt à l’emploi. La gestion du SDLC pour le cycle de développement du logiciel est détaillée comme suit :

Analyse de la demande et planification

Lors du développement de vie ou SDLC, les concepteurs commencent par trouver, collecter et déterminer les problèmes, les besoins, les demandes, les exigences et les attentes du client actuel concernant les applications ou le produit logiciel. Cette phase nécessite la gestion et la collecte d’avis de diverses parties prenantes. On se réfère aux utilisateurs, vendeurs, professionnels de l’industrie et programmeurs ou développeurs du modèle. Ce processus permet aux équipes de développement de travailler dans le contexte et la prévoyance nécessaires pour livrer et produire leurs programmes informatiques.

Par la suite, l’équipe spécialisée en SDLC passe à la phase de détermination du budget et des ressources utiles pour répondre aux exigences analysées, tout en vérifiant les risques encourus aux applications. De plus, l’équipe experte en développement logiciel fournit les stratégies essentielles pour faire face à ces risques. De cette manière, la faisabilité du projet du processus de vie est étudiée de manière approfondie. En conséquence, l’équipe est chargée de réfléchir à la meilleure façon de mettre en œuvre avec succès le projet.

Conception et développement de logiciels

La transformation des spécifications du logiciel en un plan de conception est lancée lors de cette étape du cycle de vie d’un projet informatique. Il s’agit de la spécification de conception et de gestion. Les concepteurs choisissent l’architecture de la solution. Ce processus de SDLC ou ce cycle de vie de développement de logiciel implique :

  • la réalisation de documents, directives de codage, 
  • la conception, 
  • la discussion sur les pratiques, outils, applications, environnements d’exécution, cadres. 

Ces derniers assistent l’équipe à répondre aux caractérisations et aux exigences logicielles définies lors des phases de collecte des exigences. 

Ainsi, après avoir recueilli les commentaires des parties prenantes, il est nécessaire d’établir un plan fonctionnel pour inclure ces commentaires dans ces données à cette étape. L’équipe de l’entreprise de développement de cycle de vie construit les applications en fonction des décisions de conception prises lors de ce processus SDLC. Le déblocage du processus de modèle, la prise de décisions et l’assistance technique sont des responsabilités des responsables techniques et des chefs de projet. Une fois que les équipes ont packagé et construit leur code, cette étape de gestion du travail se termine et les utilisateurs entrent en jeu.

Test, déploiement et maintenance

À ce stade du cycle de vie de développement ou SDLC, pour assurer la garantie de la qualité du système d’application, une implémentation logicielle est conditionnée et expérimentée. La solution mise en œuvre est ainsi testée pour s’assurer qu’elle répond aux normes de qualité et de performance. Cela peut inclure des tests unitaires, des tests d’intégration et de bout en bout, une vérification ou une validation, ainsi que le rapport ou l’identification d’erreurs ou de défauts dans le projet.

L’étape de déploiement du cycle de développement de logiciel ou SDLC implique son installation dans l’environnement de production. Les utilisateurs pourront commencer à utiliser le modèle ou les applications de cette manière. 

Les objectifs de ces phases de cycle de vie ou SDLC en matière de maintenance consistent à s’assurer que les besoins continuent d’être satisfaits. De même, que le modèle de système continue de fonctionner conformément aux spécifications du premier cycle. 

Après la phase de déploiement du cycle de développement et la première utilisation par les clients, voici ce qui se produit : correction des erreurs signalées en raison de circonstances non testées et non prévues. Les fonctionnalités de l’application sont actualisées pour être plus adaptées aux versions récentes du logiciel et plus pratique pour les utilisateurs. Les nouvelles options sont ajoutées au cours de la gestion du cycle de développement de logiciel.

Sécurité

Déplacer la sécurité au plus tôt dans le cycle (Shift left) est l’un des principes de base d’un SDLC sécurisé. Cela nécessite l’intégration de stratégies et d’outils de sécurité tout au long du cycle de développement du logiciel, en commençant dès les premières étapes. À titre d’exemple, le coût de la correction d’une faille de sécurité une fois le produit déployé est bien plus élevé que de la résoudre dans les premières étapes du SDLC. Cette approche de sécurité au plus tôt permet d’économiser énormément de temps et d’argent par la suite.

Différents prototypes de cycle de vie de développement logiciel ou SDLC

Les experts sont chargés de suivre les types de cycle de vie ou SDLC ou cycle de développement de logiciel conçus tout au long du processus de développement logiciel. Chacun traverse diverses étapes, s’adaptant à son type. Cela garantit le succès du processus de développement logiciel dans son ensemble. Voici quelques exemples de SDLC.

Cascade

Ce modèle, considéré comme le plus ancien et le plus simple de tous, est divisé en plusieurs étapes. Chaque phase a un plan distinct et commence après la phase précédente. Le point de départ de la phase suivante sera le résultat de la première phase. Il requiert énormément de documentation, facilement accessible à chaque étape. Il est nécessaire de prendre en compte un élément. Même les détails les plus mineurs doivent être ajoutés. L’ensemble du processus sera retardé le cas échéant.

Itératif

Lors de la mise en place du SDLC, les créateurs créent une version abordable et rapide pour la modifier à mesure des tests avec d’autres versions aussi rapides et successives. Un inconvénient majeur de ce processus est que s’il n’est pas contrôlé, il peut consommer rapidement des ressources.

En spirale

C’est le modèle SDLC le plus flexible. Il met l’accent sur la répétition, comme le prototype précédent. Les développeurs programment d’abord les différentes étapes, conçoivent et construisent le logiciel avant le test final. Chaque passage offre de nouvelles améliorations. Ce type est considéré comme une combinaison réussie des avantages des modèles de prototypage et en cascade, des activités de réalisation et de développement : 

la rapidité

la simultanéité.

Agile

L’Agile SDLC est une combinaison de types de processus incrémentaux et itératifs basés sur l’adaptabilité des processus et la satisfaction de la clientèle via la livraison rapide d’un produit logiciel fonctionnel. Cette technique divise le produit en plus petites parties incrémentielles. Il y a des itérations de la version agile. Les tâches d’Agile sont partagées en petits délais : plages horaires, pour fournir des fonctions spécifiques de l’application à une version.